▷ La manufacture d’orgues Muhleisen, fleuron de l’artisanat en Alsace

Vous connaissez la marque Alsace, symbolisée par un A dans un cœur rouge. Il y a désormais sa déclinaison consacrée à l’artisanat. 200 entreprises ont déjà obtenu la marque “Artisan d’Alsace”. Elles doivent remplir au moins six critères de sélection sur dix : performance économique, environnementale, digitale, bien-être des salariés, qualification professionnelle, ancrage territorial.

Ce label doit leur permettre de renforcer leur image et leur compétitivité. C’est le cas de la manufacture d’orgues Muhleisen, basée à Eschau. Le métier exige de nombreuses compétences. “70% de notre métier, c’est de l’ébénisterie, précise le gérant Patrick ArmandMais on travaille aussi du cuir, des métaux, on fait de la soudure. Il y a toute la partie acoustique, de l’électronique. On va rentrer notre première machine numérique, une fraiseuse numérique”.

Les seize salariés de la manufacture Muhleisen créent à la fois de nouveaux orgues contemporains (Cologne),  en restaurent de très anciens (Amiens) et parfois c’est un mix entre rénovation et création (Chartres). “Pour la restauration pure et dure, on utilise de la colle d’os, de la colle de peau de lapin, de la peinture à l’ancienne qu’on fabrique nous-même avec des pigments, détaille Patrick Armand. On restaure même les vis qu’on décape et qu’on va regraisser.”

Au bout de la chaîne, Philippe le facteur d’orgues teste un jeu de tuyaux à anches. Il retravaille chaque tuyau jusqu’à ce qu’il obtienne la sonorité recherchée. Juste avant le début de la crise du Covid, en février 2020, la manufacture Muhleisen avait livré un immense orgue à Moscou, l’une des grandes fiertés de l’entreprise.

L’orgue livré à Moscou compte 5.737 tuyaux

“Il y a une grande niche à l’arrière des tuyaux avec quatre niveaux, raconte Patrick Armand. _Il y a 160 mètres carré en tout pour accueillir les 5.737 tuyaux. C’est une vraie maison sur quatre étages avec des escaliers. Globalement, la totalité de cette fabrication, ça a représenté 41.000 heures de travail”._Malgré l’augmentation du coût des matières premières, du bois et surtout de l’étain, la manufacture Muhleisen s’en sort plutôt bien actuellement. Son carnet de commande garantit près de 3 ans et demi de travail pour ses salariés, des passionnés que Patrick Armand aimerait payer davantage.

“Comme dans tout artisanat d’art, les niveaux de rémunération ne sont pas ce qu’ils devraient être, déplore-t-il. Il faudrait qu’on puisse facturer nos heures un peu plus chères, que ce que le prix du marché nous impose. On facture à 46 – 47 euros hors taxe de l’heure. Même votre garagiste, il est déjà à 65 euros. Les gens qui travaillent chez nous savent qu’ils gagneraient plus en faisant de l’agencement chez un cuisiniste”.

C’est pour valoriser des entreprises comme la manufacture d’orgues Muhleisen que la Chambre des métiers d’Alsace a créé la marque “Artisan d’Alsace”.

“Il y a un panel de marques Alsace dans différents métiers, l’agroalimentaire ou l’industrie par exemple, justifie son président Jean-Luc HoffmannNous artisans, on veut aussi que nos spécificités artisanales soient mises en commun et prises en compte. La crise a aussi prouvé qu’on avait besoin de s’aider et de se sentir ensemble. C’est ce qu’on propose par cette marque”.

La manufacture Muhleisen va notamment construire un nouvel orgue pour la ville russe de Vladikavkaz. 

Le Congrès mondial des facteurs d’orgues aura lieu en 2023 en Alsace (c’était prévu initialement en 2022, mais la manifestation a été reportée à cause de la situation sanitaire incertaine). L’Alsace compte 1.300 orgues sur les 8.800 qui existent en France.

4.8/5 - (226 votes)
French FR English EN German DE Italian IT Spanish ES Chinese (Simplified) CN
×