▷ 3000 personnes réunies à Strasbourg en soutien à l’Ukraine

Un drapeau ukrainien sur le balcon du bâtiment de l’Aubette, et des centaines d’autres brandis sur toute la place Kléber. Strasbourg était aux couleurs de l’Ukraine samedi 26 février, trois jours après le début de l’invasion décidée par Vladimir Poutine. Plus de 3000 personnes ont participé au rassemblement.

Nos parents, nos grands-parents, tout le monde a connu la guerre avec la Russie

“Mon frère se cache dans son appartement à Kiev et dort dans un abri le soir. Ma famille est partie sur les routes et je n’ai plus de nouvelles. Je suis complètement perdue.. Les gens m’envoient des messages pour me soutenir. Je suis très reconnaissante de cette mobilisation”, raconte les larmes aux yeux, Yeva, 21 ans et étudiante à Strasbourg.

Devant le consulat russe place Brant, les manifestants ont entonné plusieurs chants et scandé le slogan “Poutine assassin” © Radio France
– Jules Hauss

Partie de la place Kléber, la foule a ensuite longé les quais, pour rallier le consulat russe. Dans le cortège, beaucoup de drapeaux d’autres pays, comme les pays baltes, la Tchétchénie ou encore la Géorgie. “On est de tout cœur avec le peuple ukrainien. Poutine a aussi envahi une partie de notre territoire (en 2008). Nos parents, nos grands-parents, tout le monde a connu la guerre”, lâche Giorgi, réfugié en France depuis neuf ans.

Mon cœur bouillonne à l’intérieur, mais je ne peux rien faire

La peur d’un nouveau conflit en Europe et le soutien aux populations bombardées ont également poussé des Alsaciens à participer au rassemblement. Henry, 70 ans, est lui aussi très marqué par la situation. “J’ai connu Berlin-Est. La chute du mur, la fin de l’URSS, ça a été une libération. Là, c’est très dur”, détaille-t-il sans pouvoir retenir un sanglot.

Pour beaucoup, manifester aujourd’hui est surtout un moyen d’agir à leur échelle, alors que leurs proches souffrent en Ukraine. “Mon cœur bouillonne à l’intérieur, mais je ne peux rien faire”, confesse Alexandre, ukrainien basé à Strasbourg depuis quinze ans.

Des médicaments accrochés à son guidon, Alexandre (à droite) remplit des navettes en partance pour l'Ukraine avec des produits de première nécessité pour les Ukrainiens sur place
Des médicaments accrochés à son guidon, Alexandre (à droite) remplit des navettes en partance pour l’Ukraine avec des produits de première nécessité pour les Ukrainiens sur place © Radio France
– Jules Hauss

Depuis quelques jours, il achète des médicaments et tente de mobiliser des proches pour envoyer des produits utiles aux citoyens et soldats sur place. “Les gens ont besoin de notre aide maintenant. Depuis 2014 et la guerre en Crimée le peuple ukrainien a montré qu’il était très uni. Très solidaire. On peut gagner, mais il faut les aider. Il faut nous aider”. 

4.8/5 - (265 votes)
French FR English EN German DE Italian IT Spanish ES Chinese (Simplified) CN
×